Inventaire minéralogique de la France – bannière
Inventaire minéralogique de la France

Inventaire minéralogique de la France : incontournable ?

Un incontournable pour l’amateur qui souhaite se documenter sur la minéralogie locale, ou en tout cas sur ce qu’elle a été, car les publications les plus récentes remontent déjà aux années 80.

Bien sûr, on peut aujourd’hui s’en passer, car il y a d’autres sources plus actuelles, mais il fut une époque ou l’information que cet inventaire contenait n’était disponible, pour le grand public, que dans ces quelques volumes, les inventaires[1]On lit souvent « les inventaires », ici ou là, pour parler des différents tomes de la collection.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire ce petit article ici : l’aventure de l’inventaire.

Dans ma bibliothèque

Ci-dessous, les inventaires de ma bibliothèque :



Alors, y’a quoi dedans ?

Même si les inventaires se sont améliorés au fils du temps, ils suivent tous la même trame.

Prenons celui consacré à l’Ille-et-Vilaine et regardons de plus près.


Un avant-propos

Comme tous ses camarades de la série « Inventaire minéralogique de la France », celui-ci est introduit par un avant-propos [2]Pour les inventaires bretons, ils sont écrits par Louis Chauris.. La longueur et la richesse de ces avant-propos témoignent de l’attachement de leurs auteurs respectifs à chaque département et aux équipes qui ont contribué aux inventaires.

Celui de cet inventaire en particulier est dédié à la mémoire de Fernand Kerforne :

A la mémoire de F. KERFORNE
Géologue breton
Ancien professeur à la Faculté des sciences de Rennes
(1864-1927)

Esquisse géologique — Inventaire minéralogique de la France — Ille-et-Vilaine — p. 8 — ©BRGM

Une esquisse géologique

L’avant-propos est suivi d’une esquisse géologique, représentation rapide de la carte géologique de la région couverte.

Cette esquisse est évidemment accompagnée d’une introduction qui en détaille les aspects gîtologiques, les associations paragénétiques et les aspects économiques, en quelques pages[3]Tous les inventaires n’auront pas la même quantité d’information.

(Esquisse géologique — Inventaire minéralogique de la France — Ille-et-Vilaine — p. 8 — ©BRGM)

Localisation des cartes d'indices — Inventaire minéralogique de la France — Ille-et-Vilaine — p. 14 — ©BRGM

Une carte générale de localisation des indices

Vient ensuite carte pour localiser… les cartes. En effet, plus loin on trouvera des cartes pour chaque indice décrit. Cette carte générale est celle, plus large, qui les situe sur l’ensemble du territoire concerné. Vous pouvez la superposer à la précédente.

Le quadrillage correspond aux plis de la carte routière Michelin au 1/200 000, et les numéros sont ceux des indices décrits dans les pages qui suivent.

(Localisation des cartes d’indices — Inventaire minéralogique de la France — Ille-et-Vilaine — p. 14 — ©BRGM)

Une notice minéralogique

La notice minéralogique, succincte, explique rapidement les symboles et abréviations utilisés.

Inventaire mineralogique de la France Ille et vilaine indices

Les indices minéralogiques

Ensuite, la série des indices commence avec Bain-de-Bretagne, avec son croquis de localisation et les descriptions d’indices correspondantes, pour finir avec Vieux-Vy-sur-Couesnon (ordre alphabétique oblige).

Attention, le nom de la zone n’est pas un indice à proprement parler, mais un groupe d’indices. Pour le croquis Bain-de-Bretagne, par exemple, 5 indices sont décrits.

Inventaire minéralogique de l'Ille-et-Vilaine - Exemple de croquis de localisation

Un indice pour voir

Ci-contre, la carte (ou croquis de localisation) Bain-de-Bretagne avec ses indices.

Ces croquis sont établis à l’échelle 1/50 000 avec les repères du quadrillage kilométrique permettant L’appréciation des distances[4]J’ai cependant tenté de les superposer à des couches raster de même échelle, mais je n’y suis parvenu qu’au prix de légère déformation des cartes ; ce sont bien des croquis, précis … Lire la suite. Les coordonnées « Lambert » y sont reportées sur le croquis avec, le cas échéant, les limites des cartes IGN (toujours à 1/50 000). Les disques pleins indiquent la localisation précise des indices décrits, avec un numéro ; les cercles pointillés, quant à eux, indiquent la situation approximative d’indices décrits, mais dont la position exacte est imprécise. Les symboles chimiques signalent la présence d’indices non décrits, de faible importance ou de minéralisation monotone ; on les retrouve en fin d’ouvrage dans la liste des indices non décrits. Le symbole est celui de l’élément prépondérant : par exemple Fe : Fer, etc.

Et ci-après un exemple de description avec une page descriptive de l’indice La Renoulais (passez la souris sur les petits points d’interrogation pour faire apparaître la légende).

ille et vilaine bain de bretagne exemple inventaire
pinpoint pinpoint survol
pinpoint pinpoint survol
pinpoint pinpoint survol
pinpoint pinpoint survol
pinpoint pinpoint survol
pinpoint pinpoint survol
pinpoint pinpoint survol
pinpoint pinpoint survol
pinpoint pinpoint survol
pinpoint pinpoint survol
pinpoint pinpoint survol

Des index et des informations complémentaires

Les 25 dernières pages de l’ouvrage se présentent sous forme de listes/index : liste des indices cités (classement alphabétique par commune), liste générale des indices décrits, liste des indices non décrits, un classement alphabétique par minéraux et, pour finir, une bibliographie succincte, mais finalement assez complète (de près de trois pages tout de même pour l’Ille-et-Vilaine).

Commentaire final

Je dis souvent qu’on collectionne les ouvrages liés à la minéralogie. Cette série en est la preuve. Ils sont difficiles à trouver et on est toujours content d’en dégoter un à petit prix (sur certains sites de vente en ligne, on en trouve à des prix exorbitants : passez votre chemin et attendez la bonne occasion en les consultant dans les bibliothèques de clubs ou des musées).

Même si l’intérêt de ces inventaires reste aujourd’hui limité, près de quarante ans plus tard, les informations qu’ils contiennent sont toujours bonnes à prendre : les paysages ont changé, les accès aux sites listés aussi, mais l’information, au moins historique, a son importance lorsqu’on s’intéresse, notamment, à l’histoire minière d’une localité ou d’une région entière.

Notes

Notes
1 On lit souvent « les inventaires », ici ou là, pour parler des différents tomes de la collection.
2 Pour les inventaires bretons, ils sont écrits par Louis Chauris.
3 Tous les inventaires n’auront pas la même quantité d’information.
4 J’ai cependant tenté de les superposer à des couches raster de même échelle, mais je n’y suis parvenu qu’au prix de légère déformation des cartes ; ce sont bien des croquis, précis certes, mais néanmoins approximatifs lorsqu’ils sont rapportés directement sur une carte de même échelle.