carte de france des gites

Il n’y a pas si longtemps, avant internet, ces huit documents constituaient une source intéressante d’information sur les gîtes minéraux. Mais c’est surtout la carte qui accompagne chaque livret qui, en plus d’être superbe, en fait aujourd’hui le véritable intérêt.

Le document lui-même n’est, quant à lui, qu’un immense tableau appelé le catalogue (voir plus bas Comment ça se lit ?)[1]Catalogue certes, mais qui avait le mérite d’être exhaustif, tant en nombre de gîtes (littéralement des milliers !) qu’en termes de détail. Evidemment, ces informations ont vieilli, mais … Lire la suite.

Carte des gites mineraux de la france close up
Un zoom sur une des cartes — vous voyez où ça se trouve ?

D’ailleurs, cette collection se nomme bien « Carte des gîtes minéraux de la France» et non pas « tableau synoptique des gîtes minéraux de la France ».

Aujourd’hui, le tableau, c’est la Banque de données sur sous-sol du BRGM, visualisable sur InfoTerre, avec les fonds de carte de votre choix, et toutes les données, et plus encore ; ils sont accessibles en quelques clics[2]Lire l’article InfoTerre — BRGM..

C’est la feuille de Lyon qui a été publiée en premier en 1978, et c’est celle de Lille-Bruxelles qui a fermé le bal en 1986 (huit ans, huit zones géographiques), après 4009 gîtes recensés, rien que pour la France (et 553 pour les pays limitrophes)

C’est parce que cet ensemble de documents constitue une véritable mémoire, mémoire graphique notamment, que j’ai choisi de les faire figurer dans cet inventaire.



Une carte de gîtes minéraux, comment ça se lit ?

Explications du catalogue[3]Extrait de la feuille de Lyon.

Tous les gîtes français répartis sur la carte à 1/500 000 ont été au préalable recensés et localisés sur les feuilles topographiques à 1/50 000 correspondantes. Pour chaque coupure à 1/50 000, ils ont été également regroupés dans des tableaux dont l’ensemble constitue le catalogue.

Les gîtes sont donc classés :

  1. par feuille topographique suivant leur ordre de numérotation, établi en allant d’Ouest en Est et en commençant par le Nord ;
  2. par ordre alphabétique dans un index avec renvoi pour chacun des gîtes à la coupure 1/50 000 correspondante ;

Dans les tableaux, les principaux caractères des gîtes et leur environnement sont repris, précisés et complétés.

carte des gites mineraux de la france nantes page27
Page 27 de la feuille de Nantes
  • La morphologie, les substances principales et la taille économique du gîte sont rappelées suivant les conventions adoptées pour la carte.
  • La localisation géographique est fournie par les noms de feuilles géologiques à 1/50 000 et 1/80 000, le numéro de département et les coordonnées Lambert.
  • Des informations complémentaires sont données : une liste des minéraux caractéristiques, la nature et éventuellement l’âge des terrains encaissants, le tonnage extrait cumulé au 1.1.1977, des références chiffrées qui renvoient à une liste bibliographique.

Enfin, une double numérotation permet d’une part de se référer rapidement à la carte des gîtes minéraux à 1/320 000, d’autre part, d’avoir accès au fichier de la Banque de données du sous-sol du BRGM.

Où peut-on les trouver ?

On peut régulièrement trouver ces cartes de gîtes minéraux sur les sites de vente d’occasion ou sur certains salons de minéraux. La dernière fois que j’ai regardé sur www.minerauxetfossiles.com, on y trouvait encore la feuille de Nantes et celle de Bordeaux (aller voir).

Notes

Notes
1 Catalogue certes, mais qui avait le mérite d’être exhaustif, tant en nombre de gîtes (littéralement des milliers !) qu’en termes de détail. Evidemment, ces informations ont vieilli, mais elles ont le mérite de figer le temps à la date de publication.
2 Lire l’article InfoTerre — BRGM.
3 Extrait de la feuille de Lyon.