Un caillou dans la poche — ça vient d’arriver dans la bibliothèque


Pour parcourir le reste de la bibliothèque, ça commence ici…

Une bibliothèque, de la lecture, des livres sur les minéraux, et des cailloux...

De la lecture

C’est un peu là que ça commence, dans les livres sur les minéraux et les revues. Avec le temps, la bibliothèque de l’amateur de minéraux s’étoffe et constitue un fonds documentaire important.

Loupe de géologie, avec une chite dioptase dans le champ

Du matériel

Il suffit parfois de se baisser pour ramasser un caillou, mais il faut le plus souvent utiliser des outils adaptés, pour des raisons d’efficacité et de sécurité.

… et des articles

  • « Littérature » minéralogique ?
    Comme pour de nombreux passe-temps, la connaissance passe par des lectures de toutes sortes. Que ce soient des livres entiers ou des articles de revues, la lecture est souvent le seul moyen d’approfondir un sujet qui nous intéresse ou simplement trouver des informations. Apprenez à exploiter les ressources « littéraires » disponibles et à retrouver votre chemin dans l’immensité (relative) de la littérature minéralogique.
  • L’aventure de l’inventaire
    Tous les amateurs de minéraux français connaissent ou, au moins, ont entendu parler de l’Inventaire minéralogique de la France. Mais combien y-en a-t-il ? Quels départements sont traités ? Pourquoi tous les départements ne sont-ils pas couverts ? Quelques éléments de réponse.
  • Complètement marteau !
    … et un peu à la masse aussi. A moins d’être exclusivement arénophile, il est vite très difficile de s’en passer. Des tailles, des poids, des formes différentes. Qu’est-ce qui fait la différence entre les différents types de marteaux ? Quel est celui qui correspond le mieux à mon besoin ? Une tentative de réponse dans cet article.
  • Ma paillasse
    Vous vous souvenez du collège, lorsque vous avez découvert qu’une salle de classe pouvait être autre chose que des pupitres et des chaises ? Pour ma part, j’ai aussi découvert le mot « paillasse ». Un mot bizarre pour désigner cet espace de travail et d’étude. Je me suis alors dit : « un jour, j’aurai ma propre paillasse ».
  • InfoTerre – BRGM
    Parmi la multitude de services que je vous laisse découvrir sur le site internet du BRGM, il en est un que les géologues et minéralogistes amateurs apprécient (ou devraient apprécier) à sa juste valeur : InfoTerre.
  • Mindat : cékoitesse ?
    En discutant avec quelques amis du club, j’ai réalisé que peu d’entre eux connaissaient le site internet Mindat (mindat.org). Il est vrai que certains de nos membres sont de véritables Mindat ambulants (ils se reconnaîtront) et n’ont pas besoin d’être connectés à internet.
  • L’équipement du minéralogiste amateur : qu’est-ce que je vais bien pouvoir porter aujourd’hui ?
    Cette question, le minéralogiste amateur se la pose à chaque fois qu’il part en balade parce qu’il est… coquet. Petite chemise à carreaux, ou tee-shirt ? Espadrilles ou baskets ? Short vert ou pantalon bleu ? Et je prends quoi comme sac ? Sera-t-il assorti au reste de mon équipement ?
  • Il faut grossir !
    En minéralogie, il faut grossir. Oui oui, vous avez bien lu : il faut grossir. Même beaucoup, parfois. Mais rassurez-vous, cela n’a rien à voir avec un quelconque régime.
  • Pour ne rien « louper »
    S’il est bien un instrument dont le minéralogiste amateur ne peut se passer sur le terrain, c’est bien sa loupe. Sans elle, vous passerez à coup sûr à côté de choses intéressantes. Vous délaisserez cette pierre que vous jugerez de prime abord banale et sans intérêt, faute d’avoir repéré cette géode ou ce cristal, trop petits pour être reconnus à l’œil nu.
  • Des tiroirs plein les tiroirs
    Nos cailloux, il faut bien les ranger quelque part. Les tiroirs sont une option intéressante.
  • Des boites !
    Tout un sujet ! Les boites, et tout ce qui permet de conserver les échantillons minéralogiques, constitue un défi permanent pour le collectionneur.
  • Et l’étiquette, alors !?
    La question des étiquettes, en minéralogie, est centrale. Sans étiquette, c’est vite le bordel.
  • Le Lacroix enfin dans le domaine public !
    En 2018, plus précisément le 5 décembre 2018, « le Lacroix » tombe dans le domaine public. La Bibliothèque Nationale de France le rend disponible sur Gallica. Mais c’est quoi, le Lacroix ?