Littérature ?

L’amateur fait régulièrement référence à la « littérature » relative aux sciences de la Terre et à la minéralogie. C’est pratique, car ça permet à chacun de retrouver des sources sur les sujets abordés pendant des discussions ou des présentations. Tout bon amateur a dans sa bibliothèque un certain nombre d’ouvrages et de périodiques, certains archivés, dans des cartons ou au grenier (ce n’est pas mon cas), d’autres en accès rapide parce qu’il s’y réfère très souvent. L’essentiel de la littérature décrite ici est composé douvrages de vulgarisation[1]Selon cette définition, que vous pourrez trouver dans Wikipédia : « La vulgarisation est le “fait de diffuser dans le grand public des connaissances, des idées, des … Lire la suite, accessibles au grand public[2]J’omets volontairement la publication scientifique stricto sensu, qui ne fait pas l’objet de ces pages, même si la qualité de nombreux articles de nos revues n’a souvent rien à lui … Lire la suite.

Une bibliothèque d’amateur…

Il s’agit donc ici d’une bibliothèque d’amateur comme il y en a tant. Tout ce qu’elle contient ne mérite pas forcément de figurer dans toutes les bibliothèques, mais j’ai choisi d’y présenter une sélection de références selon moi dignes d’intérêt[3]Cet exercice, qui consiste à référencer mes livres et mes revues, a un double objectif. En plus de celui exposé plus haut, je souhaite aussi profiter du moteur de recherche du site : si les … Lire la suite, et ce d’autant plus qu’il s’agit essentiellement d’ouvrages de vulgarisation, accessibles sans nécessairement avoir fait de longues études (une lecture dans le bon ordre permet d’augmenter sa compétence et d’aller progressivement vers des lectures réservées à l’amateur que l’on qualifie généralement d’averti).

… classée et commentée

Cela me permettra en outre d’y mettre un peu d’ordre (elle en a besoin), pour moi et pour ceux autour de moi qui me demandent souvent si je possède tel ou tel livre, si je l’ai lu et ce que j’en pense. En les rangeant dans cette rubrique, avec les commentaires qui vont avec, je pourrai partager ces informations plus facilement[4]Un avertissement, toutefois : il n’est pas dans mon intention de rendre les textes téléchargeables (il faudrait déjà qu’ils soient numérisés, ce qui est rarement le cas), sauf … Lire la suite.

Dans tous les cas, j’ai lu tous les ouvrages dont je fais l’inventaire, même si je ne prends pas toujours le temps de faire un petit commentaire (je les ajouterai au fil de l’eau).

Vous noterez régulièrement qu’il m’arrive de décrire les ouvrages par leur nombre de pages, leur poids, ou encore l’aspect de leur couverture : cela signifie seulement que ces informations en disent long sur le contenu, et je rends ainsi hommage à leurs auteurs pour le soin qu’ils apportent à leurs travaux, leur tendance à l’exhaustivité (qu’on adore !), ainsi que pour l’intérêt qu’ils ont à rendre leurs publications attractives et accessibles au plus grand nombre[5]Rassurez-vous, je ne valorise pas une bibliothèque en fonction de son volume ou de son aspect, mais bien à la qualité de son contenu..

Sur la lecture au sujet de la minéralogie, je vous invite à lire l’article « Littérature » minéralogique ?, qui constituera, je l’espère, une façon originale d’aborder la bibliothèque de l’amateur.

Bibliothèque du minéralogiste amateur - littérature organisée

Livres

Parfois, on se demande si l’on ne devient pas un collectionneur de livres, en plus des cailloux, tellement on en accumule.

Un autre élément de la littérature minéralogique : les cartes

Des cartes

Les cartes ne sont pas vraiment des livres, ni des revues. Et pourtant, ce sont des supports d’information incontournables, pour l’amateur de géologie comme de minéralogie.

Les revues font aussi partie de la littérature qu'il est bon d'avoir en bibliothèque

Périodiques

Les revues en langue française ne manquent pas pour l’amateur. J’ai pour projet de référencer dans ces pages celles que j’ai sur mes étagères.


Quelques articles :

  • « Littérature » minéralogique ?
    Comme pour de nombreux passe-temps, la connaissance passe par des lectures de toutes sortes. Que ce soient des livres entiers ou des articles de revues, la lecture est souvent le seul moyen d’approfondir un sujet qui nous intéresse ou simplement trouver des informations. Apprenez à exploiter les ressources « littéraires » disponibles et à retrouver votre chemin dans l’immensité (relative) de la littérature minéralogique.
  • L’aventure de l’inventaire
    Tous les amateurs de minéraux français connaissent ou, au moins, ont entendu parler de l’Inventaire minéralogique de la France. Mais combien y-en a-t-il ? Quels départements sont traités ? Pourquoi tous les départements ne sont-ils pas couverts ? Quelques éléments de réponse.
  • Le Lacroix enfin dans le domaine public !
    En 2018, plus précisément le 5 décembre 2018, « le Lacroix » tombe dans le domaine public. La Bibliothèque Nationale de France le rend disponible sur Gallica. Mais c’est quoi, le Lacroix ?

Notes

Notes
1 Selon cette définition, que vous pourrez trouver dans Wikipédia : « La vulgarisation est le “fait de diffuser dans le grand public des connaissances, des idées, des produits”. C’est une forme de diffusion pédagogique des connaissances qui cherche à mettre le savoir (et éventuellement ses limites et ses incertitudes) à portée d’un public non expert. C’est l’ensemble des actions permettant au public d’accéder à la culture, et en particulier aux cultures scientifiques, techniques, industrielles ou environnementales, c’est-à-dire aux savoirs, savoir-faire et savoir-être de ces disciplines. »
2 J’omets volontairement la publication scientifique stricto sensu, qui ne fait pas l’objet de ces pages, même si la qualité de nombreux articles de nos revues n’a souvent rien à lui envier ; on retrouve d’ailleurs des auteurs communs aux deux univers.
3 Cet exercice, qui consiste à référencer mes livres et mes revues, a un double objectif. En plus de celui exposé plus haut, je souhaite aussi profiter du moteur de recherche du site : si les ouvrages sont correctement étiquetés et commentés, il deviendra facile de naviguer et, par exemple, de retrouver un ensemble d’ouvrages sur une région ou une thématique particulière. C’est finalement assez égoïste de ma part.
4 Un avertissement, toutefois : il n’est pas dans mon intention de rendre les textes téléchargeables (il faudrait déjà qu’ils soient numérisés, ce qui est rarement le cas), sauf lorsqu’ils sont libres de droits, mais plutôt de pointer vers les sites, soit des éditeurs, soit des libraires, voire vers d’autres ressources libres, et légales ! Mais chaque fois que ce sera possible, toujours dans le respect du droit des auteurs ou des ayants droit, je rendrai l’accès au document possible.
5 Rassurez-vous, je ne valorise pas une bibliothèque en fonction de son volume ou de son aspect, mais bien à la qualité de son contenu.

Laisser un commentaire