Pas facile de dire quelque chose sur cette revue avec certitude et sans dire de bêtises. N’était-ce qu’une revue de plus ? À l’époque, en 1980, où l’on trouvait déjà Minéraux & Fossiles et Monde & Minéraux dans les kiosques (en vrai, seulement certaines librairies le distribuaient) et en abonnement ? Ceux d’entre nous qui n’étaient pas nés en 1980, ou qui étaient trop jeunes, plus intéressés par Zorro et Casimir à la télé, ne connaissent pas vraiment cette revue. Et pour cause, elle n’a fait que passer dans le paysage des périodiques consacrés à la minéralogie et à la paléontologie.

Alors, d’où vient-elle, cette revue Lithos ?

Des numéros d’un peu plus d’une soixantaine de pages (le premier en faisait près de 100, et je vous explique pourquoi dans la fiche ouvrage), une revue nouvelle, pourtant avec un format qui rappelle quelque chose et une maquette familière. Mais pourquoi si familière ? Bon sang, mais c’est bien sûr ! Une réplique de Minéraux & Fossiles ! Aujourd’hui, on dirait plutôt un copier-coller. J’exagère à peine. Même la couverture a un grain identique. Mais que se passe-t-il ? C’est Minéraux & Fossiles qui change de nom ? Sur la couverture du premier numéro, on peut lire « Lithos – mensuel première année – novembre 1980 n° 1 ». Première année ? Minéraux & Fossiles existe depuis janvier 1975, soit au moins la cinquième année. Ça ne peut pas être ça.

Et pourtant

Il faut se pencher à la fois sur les éditoriaux de Minéraux & Fossiles et ceux du nouveau venu pour comprendre, ou du moins essayer de comprendre. D’abord celui du premier numéro de Lithos, que je vous livre en partie ci-dessous[1]Retrouvez li’éditorial complet sur la fiche de Lithos — 1

Par éditorial interposé

Lithos — 1
Lithos — 1

À nos Lecteurs,

Nous avons le plaisir de vous présenter le premier numéro de LITHOS, nouveau mensuel de minéralogie, de paléontologie et de géologie, qui succède, au sein de notre maison d’édition, à MINÉRAUX ET FOSSILES. Vos lettres, les réponses au sondage organisé par notre maison prouvent, s’il en était encore besoin, que vous attendiez tous de nombreuses améliorations à la revue que nous publiions.

Ces améliorations se concrétisent par la parution de LITHOS, placée sous la responsabilité d’une équipe dirigée par Danielle MARI. Michel FARAUT assurera la couverture de l’actualité ; avec eux, les conseillés scientifiques veilleront à la bonne tenue du contenu de la revue. Tenu par des impératifs d’ordre technique, ce numéro, préparé et réalisé au mois d’octobre, ne contient pas encore les améliorations que vous souhaitez tous.

[…]

La confiance que vous nous avez accordée jusqu’à présent ne sera pas déçue ; nous avons des engagements envers les abonnés, nous entendons les honorer : tous les abonnements en cours seront servis par les éditions SERRE. Bien entendu, LITHOS sera en vente également dans tous les kiosques.

[…]

C’est à vous maintenant qu’il appartient de renouveler cette confiance, une fois encore, en vous abonnant, en abonnant vos amis, en nous soutenant, en nous écrivant, en nous faisant part de vos remarques et suggestions.

Lithos n° 1 – novembre 1980 – p. 3

On apprend donc dans cet éditorial que la revue Lithos succède à Minéraux & Fossiles, dans ce qui serait une évolution naturelle de la revue poussée par les abonnés eux-mêmes (sondage, courrier).

Et pourtant, en décembre 1980, parait le numéro 71, de décembre, de… Minéraux & Fossiles, dont l’éditorial ne laisse plus de place au doute. Un extrait ci-dessous[2]Version intégrale de l’éditorial sur 1980 – Année 6.

[…]

À vous de juger

La sixième année de parution de notre revue « Minéraux et Fossiles, le guide du collectionneur » s’achève dans une certaine confusion ! Nous n’avons pas voulu cet état de fait et autant que nous, vous en subissez le préjudice. Comme vous en avez été informés, il y a un an, la revue Minéraux et Fossiles avait été cédée aux éditions Serre à Nice. Une ordonnance de référé, en date du 28 octobre 1980 (frappée d’appel) du Tribunal de Commerce d’Orléans restituait la revue aux éditions Minéraux et Fossiles à Meung-sur-Loire. En dépit de cette ordonnance, les éditions Serre ont publié le n° de Minéraux et Fossiles de novembre sous l’intitulé de Lithos et l’ont adressé à nos abonnés. Le Tribunal de Commerce de Nice a ordonné, le 27 novembre 1980, la saisie pour contrefaçon et concurrence déloyale de cette publication. Une ordonnance dans le même sens était rendue le 3 décembre 1980 par M. le Président du Tribunal de Grande Instance de Paris.

[…]

Minéraux & Fossiles n° 71 – décembre 1980 – p. 5

Ce n’est que dans le numéro 4 de Lithos que l’on en apprend davantage, toujours par éditorial interposé, sur la situation :

Lithos — 4
Lithos — 4

Il n’entrait pas dans nos intentions de vous importuner avec les problèmes juridiques qui opposent notre maison d’édition à la SARL, en règlement judiciaire, MINÉRAUX ET FOSSILES et à son syndic. Le tribunal de Commerce d’Orléans a apprécié, constatant la résolution d’un contrat à quelques semaines de la mise en recouvrement de la grande majorité des abonnements.

Quelle aubaine pour une société dont la situation financière laissait apparaître un passif de 197 000 000 de centimes… ! Son dépôt de bilan, en octobre 1979, avait d’ailleurs failli compromettre purement et simplement la revue MINÉRAUX ET FOSSILES. Souvenez-vous : à la fin du mois de novembre 1979, 9 livraisons de la revue seulement avaient été faites ; depuis quelques mois on retardait de jour en jour la parution d’un livre auquel nombre d’entre vous avaient souscrit : MINES ET MINÉRAUX DE LA PROVENCE CRISTALLINE…

Nous estimons avoir sauvé MINÉRAUX ET FOSSILES, en reprenant à notre charge les abonnements en cours au moment du dépôt de bilan. Et de fait, en 1980, la revue est reparue tous les mois (sauf, bien sûr, durant les mois de vacances, en août). Les abonnés reprenaient confiance. Cependant, vous et nous étions bien loin d’être satisfaits du contenu rédactionnel de MINÉRAUX ET FOSSILES : vos lettres, les réponses au sondage nous le confirmaient de jour en jour.

À partir du mois de juillet, les rapports entre la direction et la rédaction (issue de l’ancienne direction de la revue) allaient se dégrader considérablement pour aboutir au licenciement pour fautes graves du rédacteur-en-chef, Monsieur Pierre Escalier des Orres. Le jugement en référé (procédure d’urgence au cours de laquelle un tribunal juge non sur le fond mais sur la forme) d’Orléans, en constatant la résolution d’un contrat, rendait du même coup — mais provisoirement, jusqu’au jugement définitif de la Cour d’Appel — le titre à la SARL MINÉRAUX ET FOSSILES, toujours en règlement judiciaire.

LITHOS est née de la volonté d’honorer la confiance que nos abonnés avaient mise en notre maison d’édition tout autant que la volonté de faire un travail convenable sur le plan rédactionnel. Nous ne pensons pas vous avoir déçus, tant sur l’un que sur l’autre des buts que nous nous sommes assignés.

La parution du premier numéro de LITHOS, en novembre, allait déchaîner contre les Éditions SERRE une haine mal contrôlée. La SARL MINÉRAUX ET FOSSILES et son syndic faisaient prendre, au mépris le plus évident de la loi, une ordonnance de saisie à l’encontre de la nouvelle revue, ordonnance qui n’a jamais eu d’effets, la meilleure des preuves étant que vous avez reçu les trois premiers numéros de LITHOS sans problème. D’ailleurs cette ordonnance a été rétractée immédiatement par le Président du tribunal de Commerce qui l’avait prise, la société MINÉRAUX ET FOSSILES et son syndic étant condamnés aux entiers dépens. En faire état équivaut à donner une version mensongère des faits.

La Cour d’Appel sera appelée à se prononcer d’ici peu sur le litige qui oppose notre maison à la SARL MINÉRAUX ET FOSSILES… Mais, quoi qu’il en soit, que le titre « MINÉRAUX ET FOSSILES — LE GUIDE DU COLLECTIONNEUR » nous soit restitué ou non, LITHOS continuera de paraître, avec la qualité technique et rédactionnelle que vous êtes unanimes à lui reconnaître.

Amis lecteurs, souvenez-vous simplement que les chiens qui aboient le plus ne sont pas forcément le meilleurs.

Quant à nous, nous ne vous demandons pas de juger (c’est aux tribunaux de le faire), et encore moins de juger sur des mensonges ou des promesses. Nous agissons, nous travaillons : ce sont nos meilleurs arguments.

Les Éditions SERRE

Lithos n° 4 – février 1981 – p. 3

A la fin, il n’en resta qu’un

Ensuite, plus rien. Ce qu’on sait, c’est qu’après le numéro 5 de Lithos, plus rien. Aucun indice dans le numéro 5 qui laisse présager la fin de la revue. On imagine une décision de justice et on regarde : Minéraux & Fossiles est toujours là. Lithos n’est plus là. Une dernière trace du conflit dans le courrier des lecteurs du numéro 74 de Minéraux et Fossile, de mars 1981 :

À propos du n° 70 de M. & F.

De très nombreux lecteurs nous ont demandé le n° 70 de M. & F.. Ce numéro n’existe pas : nous avons délibérément choisi de reprendre notre parution avec le n° 71 (décembre 1980). En effet, le n° de novembre 1980 de M. & F. (n° 70), en ce qui concerne la maquette de la partie rédactionnelle et de la publicité, a été piraté par les éditions Serre pour paraître sous le nom de Lithos n° 1. Bien que nos abonnés aient reçu cette brochure, nous avons, pour notre part, prolongé leur abonnement en cours d’un exemplaire.

Le Courrier des Lecteur, p. 10 – Minéraux & Fossiles 74 – mars 1981

Une Gamelle

Pour les Éditions Serre, cette aventure est évoquée, dans l’historique disponible sur leur site internet, comme une « gamelle ».

Conclusion : en cherchant le 70…

En fait, il n’y a pas de conclusion. Juste un constat : il n’en resta qu’un. Lithos a été une tentative qui aura fait long feu, de 5 numéros, pour (re)faire Minéraux et Fossiles autrement.

Je demande instamment au lecteur de considérer que ce qui précède n’a pas vocation à dire qui a raison ou tort, qui a gagné ou perdu. Il s’agit juste d’une juxtaposition chronologique d’informations et de faits disponibles à travers les deux revues, car je ne suis pas journaliste et je n’ai interrogé aucun des protagonistes. C’est simplement en cherchant le numéro 70 de Minéraux & Fossiles, qui n’existe pas, donc, que j’en suis arrivé à écrire cette page sur la revue Lithos, que j’ai dégotée à vil prix sur deux sites de ventes de livres d’occasion.

Notes

Notes
1 Retrouvez li’éditorial complet sur la fiche de Lithos — 1
2 Version intégrale de l’éditorial sur 1980 – Année 6

Laisser un commentaire