On ne présente plus le BRGM[1]Bureau de Recherches Géologiques et Minières. On parle aussi, pour faire plus simple, de Service géologique national.

BRGM InfoTerre - Bannière
Sur le site du BRGM, ils font de très jolies bannières, j’espère qu’ils ne m’en voudront pas de la mettre dans cet article

Mais si l’institution est centenaire, elle vit bien dans son siècle (le XXIe) en restant en pointe en matière de partage de l’information.

À la pointe de la technologie

Parmi la multitude de services que je vous laisse découvrir sur leur site internet[2]www.brgm.fr, il en est un que les géologues et minéralogistes amateurs apprécient (ou devraient apprécier) à sa juste valeur : InfoTerre[3]infoterre.brgm.fr.

InfoTerre se présente comme « le visualisateur de données géoscientifiques ». Et c’est vrai. S’il fallait une référence en matière de données sur les géosciences dans l’hexagone, c’est bien celle-ci.

En fait, il y a deux choses à comprendre : les données, d’une part, et, d’autre part, la façon de le représenter les données.

C’était comment, avant ?

Avant, c’est surtout avant internet. Pendant longtemps, les seules données disponibles étaient les données publiées. Et pour le grand public, autant dire qu’il n’y avait pas grand-chose. Dans ma bibliothèque, j’ai des exemplaires de l’inventaire minéralogique de la France et les Cartes des Gîtes Minéraux de la France (de très jolies cartes et des tableaux à n’en plus finir).

On se référait donc à des relevés mis dans des compilations. Et leur consultation, si on y avait accès, n’était pas simple. Et on pouvait reporter sur une carte les informations pour ainsi les représenter de manière plus pratique. Il fallait avoir des cartes. Il fallait avoir le temps.

Mais avant, c’était aussi avant la mise en œuvre de normes (voir INSPIRE, plus bas) qui permette de géoréférencer et de partager le moindre point du territoire.

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, ces données sont mises à la disposition de tout un chacun à travers l’application InfoTerre. Cette application du BRGM a vocation à ressembler, d’une seul tenant (ou presque) l’ensemble des données géologiques et minéralogiques disponibles.

InfoTerre

InfoTerre permet donc un accès à toute l’information scientifique et technique du BRGM, notamment :

  • Toutes les cartes géologiques (vous avez bien lu : toutes les cartes géol., même celles au 1/50 000, surtout celles au 1/50 000, sont accessibles librement[4]Lire avec profit le BRGM donne un accès gratuit à ses cartes géologiques, accès qui concerne plus particulièrement les cartes harmonisées.,
  • Les notices explicatives correspondantes (celles qui sont habituellement fournies avec la carte papier),
  • Les dossiers de la BDSS (Banque de Données du Sous-Sol) avec son contenu :
    • logs géologiques,
    • rapports de prospection,
    • forages.
  • Les rapports scientifiques.

Pour faire simple, en interagissant avec une carte zoomable et navigable façon Google Earth, vous pouvez afficher toutes les données géolocalisées en quelques clics, et accéder à des informations complémentaires (comme les notices explicatives).

infoterre exemple carte
Une vue de InfoTerre, qui permet d’afficher une carte géologique à 1/50000 ainsi que les ouvrages de la banque de données du sous-sol.

Vous avez accès à deux visualisateurs :

Les visualisateurs de données

  • le visualisateur simplifié : vous pouvez choisir un thème et ainsi bénéficier de préréglages. C’est un bon point de départ pour débuter.
  • Le visualisateur standard : là, c’est la totale. Vous pouvez y virtuellement faire ce que vous voulez (un petit conseil : créez-vous un compte utilisateur pour sauvegarder vos configurations et recherches et les retrouver ensuite).
infoterre exemple dss

Comme les visualisateurs sont des moyens d’accéder à des informations (documents, etc.), il est aussi possible de faire des recherches directement dans la base documentaire (si vous n’avez pas besoin de l’interface géographique, ou si les données géolocalisées ne sont pas le meilleur moyen d’accéder au document que vous recherchez).

Attention toutefois à ne pas trop charger les couches d’informations, car plus il y en a et plus elles contiennent de données (notamment si l’emprise de votre carte est grande), plus ce sera laborieux à utiliser.

Le fonctionnement de cette application[5]En fait, j’utilise plus souvent sa version application mobile pour tablette — la distinction tablette/smartphone est importante, car l’une et l’autre n’offrent pas les mêmes … Lire la suite fera l’objet d’un article séparé, tant il y a de fonctionnalités et de choses à dire. Un tuto vidéo ne sera pas du luxe (car si l’interface est assez intuitive pour les habitués, elle est très touffue et pourra en perdre plus d’un).

Visitez le site du BRGM et amusez-vous avec InfoTerre.


Complément technique. On peut lire la phrase suivante sur le site d’InfoTerre :

InfoTerreTM utilise exclusivement les standards de l’interopérabilité internationale édités par l’Open Geospatial Consortium (OGC). Il est cohérent avec les obligations techniques de la Directive européenne INSPIRE.

https://infoterre.brgm.fr/

Ca a l’air compliqué au premier abord (rassurez-vous, au second aussi), mais sachez juste que cela signifie que les données rendues accessibles le sont aussi au travers de vos applications de cartographie ou vos SIG[6]SIG : Systèmes d’Information Géographique, comme QGIS ou d’autres applications, même mobiles, qui permettent d’afficher des couches d’informations cartographiques. préférés, pourvu qu’ils soient compatibles avec ce standard. Je vous promets d’en faire un article aussi, car ce sujet est terriblement passionnant.

Notes

Notes
1 Bureau de Recherches Géologiques et Minières
2 www.brgm.fr
3 infoterre.brgm.fr
4 Lire avec profit le BRGM donne un accès gratuit à ses cartes géologiques, accès qui concerne plus particulièrement les cartes harmonisées.
5 En fait, j’utilise plus souvent sa version application mobile pour tablette — la distinction tablette/smartphone est importante, car l’une et l’autre n’offrent pas les mêmes fonctionnalités : la version smartphone ne permet pas l’accès à la BDSS alors que c’est possible via l’interface pour tablette.
6 SIG : Systèmes d’Information Géographique, comme QGIS ou d’autres applications, même mobiles, qui permettent d’afficher des couches d’informations cartographiques.

Laisser un commentaire