Décembre 2009

Ce numéro 386 est le dernier des derniers. Après, y’en a plus !

Après plusieurs décennies, la revue « Minéraux & Fossiles » est reprise par les Editions du Piat, qui publieront dès lors non plus une mais deux revues, avec la toute nouvelle publication « Fossiles ».

A l’époque, une phrase de Joan Deville dans l’éditorial avait retenu mon attention : « C’est pourquoi mon nom va disparaître ». Même si j’ai bien compris alors qu’il était fait allusion au contexte de publication, de la rédaction, etc., rien ne pouvait être plus faux ! Ce nom est toujours ici et là, et pour un moment. Il n’y a qu’à chercher, sur ce site, Joan Deville, pour se rendre compte de la richesse des publications auxquelles son nom est associé (et encore, on n’y trouvera que celles où son nom est dans liste des auteurs), tout en sachant qu’il se trouve derrière pratiquement tout ce que la revue a produit pendant près de 40 ans.

En plus des rubriques habituelles (les échos, nouveaux minéraux, les bourses, les livres à découvrir), on trouve au sommaire :

  • Expédition : les volcans boueux de Berca et leurs éruptions de gaz naturel
  • Minéraux : Excursion minéralogique dans le Minas Gerais (Brésil)
  • Les fiches :
    • Musée Royal de l’Ontario à Toronto (Canada)
    • Gemmes : coup d’œil… sur les yeux
    • Minéral : la veszelyite
    • Gisement : muscovite en Bretagne
Parution :
Maison d’édition : Editions du Piat
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :
Extrait :

En guise d’éditorial, les dernières lignes dans la revue de Patrice Lebrun (rédacteur en chef), et Joan Deville :

Toutes les bonnes choses…

LIRE LA SUITE

Durant ces quinze dernières années, j’ai eu l’honneur de préparer, pour nos fidèles lectrices et lecteurs, le numéro mensuel de la revue « Minéraux & Fossiles » née vingt ans plus tôt. Après un petit « détour » par l’école des Mines de Paris où j’obtenais mon doctorat en Géologie (de l’ingénieur), je décidais d’accepter de reprendre la « rédaction » d’un magasine que je lisais lorsque, plus jeune, je me passionnais depuis longtemps pour les fossiles que j’avais découverts par un ouvrage consacré aux « animaux préhistoriques ». Je revenais ainsi à ma passion première qui m’avait conduit à entreprendre quelques années plus tôt des études de paléontologie aux universités de Rennes 1 et Pierre et Marie Curie de Paris.

Ayant travaillé plusieurs années sur les trilobites de l’Ordovicien du Massif armoricain je faisais mes premières armes en publiant quelques résultats inédits sur les trinucléidés de ma Bretagne natale et de toute la proche Normandie. Dès le début de cette aventure, j’étais surpris par la passion des collectionneurs et des négociants que je commençais à rencontrer dans les bourses auxquelles je participais (je me souviens encore de ma première à Orléans) alors que je ne connaissais de ce monde que des universitaires. Peu après mon arrivée au journal, je proposais de publier des hors-séries qui constitueraient autant de monographies sur deux grands sujets minéralogiques et paléontologiques — tandis que Joan Deville s’investissait dans la rédaction d’un numéro 1 sur les grenats, mon choix premier se portait, tout naturellement, sur les trilobites.

Au cours de ces années égrainées par plusieurs changements de direction — dans le dernier en date est une reprise par les éditions du PIA qui est dit la revue « Le Règne Minéral », j’ai eu le privilège de travailler avec de nombreuses personnalités du monde de la minéralogie et de la paléontologie notamment lors de la rédaction des numéros hors-séries. Parmi celles-ci, je citerai plus particulièrement Fabien Cesbron et Jean-Michel Le Cléac'h, mes « complice » dans la réalisation de beaux dossiers consacrés au quartz à la calcite, à la fluorine, aux feldspaths, aux minéraux du cuivre… Et à ceux de l’uranium (ce dernier hors-série sera expédié au souscripteur avant Noël). Jacques Cassedanne (tourmalines et béryls), Alain Carion (Météorites en France), Jacques Touret (l’un des rapporteurs de ma thèse), Louis Chauris, Louis Rulleau et Bernard Joly (Ammonites du Jurassique). Lors de mon travail de rédacteur, j’ai eu aussi l’occasion de travailler avec Joan qui sut me faire partager sa rigueur éditoriale et, malheureusement, ne pourra participer à la naissance de « Fossiles », la nouvelle revue trimestrielle qui va prendre la relève de « Minéraux & Fossiles » en 2010. Je profite de cette occasion pour vous communiquer sa dernière lettre. 

La lettre de Joan Deville :

Je fus l’un des sept premiers actionnaires de la société de presse d’où est issue la revue « Minéraux & Fossiles » et, aussi, parmi ceux qui réévaluèrent le capital. Monsieur Fabien Cesbron, toujours rédacteur, avait interrompu sa collaboration durant une longue période. Pendant 35 ans, j’ai eu une activité polyvalente et ininterrompue au cours de laquelle j’ai eu le plaisir et l’honneur de faire la connaissance de nombre de lecteurs et lectrices, des collectionneurs, des responsables d’association… qui m’ont toujours gentiment reçu dans le cadre de leur exposition annuelle, les conservateurs de musée, de géologues… Outre le fait que j’ai rédigé de très nombreux articles de fond — y compris des numéros spéciaux — j’ai aussi signé des comptes-rendus de bourses auxquelles j’ai participé, et ce à travers toute la France : d’Angers à Strasbourg, de Lille à Nice, en passant par Bordeaux, sans oublier les grandes rencontres de Paris et l’incontournable Sainte-Marie-aux-Mines (jusqu’à quarante par an).

En outre, j’ai eu la chance de visiter nombre de musées et d’assister à de multiples inaugurations d’exposition. Que de souvenirs ! C’est bien me permet de me remémorer toutes les personnes que j’ai eu l’honneur et le plaisir de rencontrer, certaines étant devenues de véritables amies. Je citerai plus particulièrement Pierre Escalier-des-Orres et son épouse, René-Louis Martin, sans oublier Patrice Lebrun. Ces derniers m’ont sans cesse témoigné leur confiance et je les en remercie très vivement. Le 23 juillet 2008 — le lendemain de mon anniversaire — j’ai été victime de ce que l’on appelle un AVC : contre la perte partielle de mes membres droits, j’ai aussi perdu la vision de la moitié droite de l’œil droit et surtout… je ne peux pratiquement plus lire ni écrire. C’est la raison pour laquelle mon nom va disparaître.

N’étant pas censé ignorer que Louis Dominique Bayle est devenu le nouveau propriétaire et directeur de la revue, coïncidence, il m’a très courtoisement accueilli chez lui, à Monistrol-sur-Loire, sis à six km d’Aurec-sur-Loire où mes parents ont fini leur vie. Je ne doute pas qu’il saura faire revivre et progresser le nouveau magazine « Fossiles » qui va prendre la suite de « Minéraux & Fossiles » après cet ultime numéro, le 386e. Je lui souhaite courage et des centaines de numéros.

Je souhaite enfin toute la chance et tout le bonheur possible à tous ceux qui m’ont fait confiance, qui ont eu la ténacité suffisante pour lire ma prose.

 

REGROUPER

Laisser un commentaire