Puy-de-Dôme - Allier

Où trouver les minéraux d’Auvergne — Tome 1
Éditions :Broché
ISBN : 9782864040170
Taille : 11,50 x 22,00 cm
Pages : 100

L’Instant Durable… C’est le nom de l’éditeur de ce petit livre (et de son frangin, sur le Cantal et la Haute-Loire) publié en 1985. Vous le savez, j’adore ces petits ouvrages, non seulement parce qu’ils se glissent facilement dans la poche, mais parce qu’ils me rappellent cette époque où l’on n’avait pas peur de donner ses coins à champignons…[1]Attention à ne pas se méprendre sur le sens de cette remarque : je ne me moque pas de ceux qui protègent leurs « coins secrets » en ne donnant les indications qu’avec parcimonie et entre … Lire la suite

Sur la couverture, il est écrit « plus de 400 gîtes localisés ». Je ne les ai pas comptés, mais on ne doit pas être loin du compte.

Après une introduction rapide et une présentation de la classification des minéraux, l’auteur déroule les espèces dans l’ordre suivant : minéraux silicatés (minéraux de la silice, minéraux des roches cristallines, minéraux du volcanisme), suivis des minéraux des gangues (fluorine, barytine, etc.), puis des minerais métalliques.

Comme promis dans son introduction, l’auteur nous promène sur quantité de sites, dans l’Allier et dans le Puy-de-Dôme, non sans avoir rappelé les règles de courtoisie et de sécurité qui s’appliquent dès lors que l’on part prospecter (rappel : on est toujours chez quelqu’un…). Les cartes de la région couverte se trouvent en deuxième (partie nord) et troisième de couverture (partie sud). Elles se déplient comme des encarts (elles permettent en outre de servir de marque-page : pratique en randonnée).

A noter que l’on retrouve l’auteur, Jean-Jacques Périchaud, aux côtés de Roland Pierrot dans l’élaboration du tout premier Inventaire minéralogique de la France consacré au Cantal[2]Lire la fiche ici., mais aussi aux manettes pour une multitude d’autres publications, et cela ne vous surprendra pas, focalisées sur l’Auvergne[3]Bibliographie complète de Jean-Jacques Périchaud sur persée.fr..

Parution :
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :
Extrait :

Extrait de l’introduction :

Quel est le but de cet ouvrage ?

Nous avons remarqué que généralement les amoureux de la nature savent reconnaître les fleurs, les plantes, les arbres ou les champignons. Il en est de même pour les animaux qu’ils soient à poils ou à plumes. Les jeunes enfants savent même reconnaître des lions ou des crocodiles bien qu’il n’y en ait pas dans nos régions ! Par contre le minéral qui brille au soleil, la pierre qui retient l’attention par sa forme ou sa couleur reste un « caillou » mystérieux pour la plupart.

Ce guide propose donc de combler cette lacune à tous ceux qui s’intéressent au monde minéral, à la terre qui nous porte.

LIRE LA SUITE

Nous l’avons voulu le plus simple, le plus clair et le plus pratique, de façon à ce qu’il puisse être utilisé par tous les amateurs de minéraux qui n’ont pas de formation particulière, mais qui sont curieux des choses de la nature.

Grâce à cet ouvrage, vous ne deviendrez pas des spécialistes, mais des amateurs éclairés ayant la possibilité de profiter des curiosités minéralogiques, souvent discrètes, que renferme l’Auvergne.

Quels sont les moyens employés ?

Pour arriver facilement et agréablement à ce résultat, les moyens employés sont doubles :

  1. Vous apprendre à reconnaître les minéraux, par des descriptions et des illustrations claires (dessins et photos) des principales espèces minérales que l’on peut assez facilement rencontrer dans notre région.
  2. Vous indiquer où se trouvent ces minéraux par des localisations précises de gîtes ou vous pourrez compléter votre information par une observation directe des minéraux dans leur cadre naturel

Tout un programme !

REGROUPER

Notes

Notes
1 Attention à ne pas se méprendre sur le sens de cette remarque : je ne me moque pas de ceux qui protègent leurs « coins secrets » en ne donnant les indications qu’avec parcimonie et entre personnes de confiance ; cette remarque fait juste le constat qu’à une époque, il n’était pas nécessaire de protéger les bons coins, les prospecteurs étaient peut-être plus respectueux et moins gourmands, moins nombreux peut-être aussi. Enfin bon, juste pour dire que je ne blâme personne.
2 Lire la fiche ici.
3 Bibliographie complète de Jean-Jacques Périchaud sur persée.fr.

Laisser un commentaire