Mémoires d’un Minéralogiste sans Frontières
Éditions :Broché
ISBN : 978-2917198001
Pages : 144

Ce livre, je l’avais en bibliothèque depuis un moment, mais je me disais que je le lirais un de ces quatre, quand j’aurais un moment. C’est toujours une question de temps, et du temps j’en ai eu un peu plus que d’habitude cette année… Alors, chaise longue dans le jardin et hop, je l’ai ouvert au printemps. Et là, rapidement, je me suis retrouvé à une époque pas si lointaine (mais que je n’ai pas connue) dont je ne sais s’il s’agissait d’un âge d’or de la minéralogie, mais, en tout cas, où j’ai le sentiment que la minéralogie avait une tout autre place dans la société. J’ai regretté un temps de ne pas avoir vécu cette époque, à laquelle tout avait l’air possible.

S’agissant d’une autobiographie, j’avais d’abord craint un récit un peu romancé, mais il n’en était rien. Ou plutôt si. Enfin pas trop, mais si quand même. En fait, tous les éléments d’un roman sont réunis : suspense et rebondissements, des surprises aussi, des rencontres avec personnes qui ont fait l’histoire, parfois avec un grand H. L’auteur nous emmène sur plusieurs décennies, à travers le monde, de l’Iran au Brésil, en passant par l’Afghanistan, dans des aventures qui parfois n’ont rien à envier à celles de ses prédécesseurs du XIXe siècle (c’est en tout cas l’idée que je m’en fais).

Un élément intéressant dans ce récit, c’est aussi la façon dont il nous fait découvrir le contexte d’une France en quête de ressources dans le monde entier pour faire tourner ses centrales nucléaires. L’intérêt pour les ressources uranifère est à l’origine de nombre d’aventures de géologues et de minéralogistes. C’est en cela que je parle d’une forme d’âge d’or de la discipline.

Enfin bref, une lecture d’une seule traite (144 pages), agrémentée de photos de grande qualité réservées généralement à de « beaux livres » sur la minéralogie. Une lecture qui m’a donné envie de relire Jacques Geffroy, un géologue au XXe siècle.

 

Parution :
Maison d’édition : Editions du Piat
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :
Extrait :

Si la quatrième de couverture ne vous donne pas envie, je ne comprends plus :

La Collection de Minéraux de l’Université Pierre et Marie Curie est située au cœur même de Paris. Elle est accessible par la place Jussieu (Métro Jussieu). Cette collection connaît depuis les années 1970 une reconnaissance mondiale tant pour la qualité des minéraux qui y sont exposés que pour la présentation exceptionnellement moderne et novatrice dans le monde des Sciences de la Terre.

LIRE LA SUITE

Pierre Bariand est certainement le conservateur en minéralogie le plus chevronné et le plus aguerri que la France ait connu au 20e siècle. Son travail exceptionnel est reconnu tant par ses confrères conservateurs que par les passionnés de minéraux et le grand public qui visitent depuis plus de 30 années la collection.
Sa vie de minéralogiste commence dans le Massif central, si riche en minéraux et en mines, qui font naître très vite chez lui une vocation de minéralogiste passionné et passionnant. Il est titulaire d’un doctorat en minéralogie effectué sur la minéralogie de l’Iran en 1962.

Pierre Bariand n’attend pas que les minéraux arrivent jusqu’à lui à la collection ! Il provoque la rencontre, il va les chercher aux quatre coins de la planète. Muni de faibles moyens financiers, il tente la chance au gré des rencontres, elle lui sourit souvent, mais parfois se refuse à lui. Son amour des minéraux fait qu’il lâche rarement prise et sait trouver ou convaincre pour obtenir la quintessence du monde minéral. Il est un de ces aventuriers naturalistes qui vont chercher les trésors là où ils se trouvent dans un premier temps : au creux des montagnes ou au tréfonds des mines. Puis dans les grandes expositions de minéralogie telle la Bourse de Tucson (U.S.A.) dès 1972 avec l’essor du commerce des minéraux. Ses connaissances tant minéralogiques qu’humaines font qu’il est, malgré de faibles moyens financiers, un redoutable concurrent pour les collectionneurs privés.

Son livre de mémoires vous entraînera d’Iran en Afghanistan, du Brésil à la bourse de Tucson (U.S.A.) à la quête des plus beaux cristaux d’une manière simple, vraie et sans artifices. Pierre Bariand nous livre ici de belles anecdotes issues de merveilleuses aventures.

Nelly Bariand, son épouse, est certainement l’une des meilleures photographes mondiales en minéralogie, ses photographies ont fait le tour du monde, elle illustre donc légitimement cet ouvrage. Ces images exceptionnelles et ces textes passionnants nous font définitivement rentrer dans le monde merveilleux des minéraux. Ce voyage initiatique nous permettra lors de nos visites à la Collection de Minéraux de l’Université Pierre et Marie Curie de nous remémorer avec l’auteur l’histoire de leurs découvertes.

Pierre et Nelly Bariand ont publié de nombreux ouvrages sur les minéraux et les pierres précieuses avec un point d’orgue en 1992 avec la parution du superbe « Minéraux Passion » chez Bordas. Ils ont collaboré de tout temps avec les plus grandes revues de Minéralogie au monde telles « The Mineralogical Record » (U.S.A.) ou Lapis (Allemagne). Ils continuent encore d’apporter leur collaboration à la revue française de minéralogie « Le Règne Minéral ».

REGROUPER
Critiques :Editions du Piat au sujet deMémoires d’un Minéralogiste sans Frontières — Pierre Bariand a écrit:

Il s’agit là du livre mémoire de Pierre Bariand qui a été le conservateur de la collection des minéraux de l’Université Pierre et Marie Curie (Jussieu) de 1956 à 1998, une des plus belles collections de minéraux au monde.
Pierre Bariand nous entraîne dans des aventures à la recherche de fabuleux cristaux en Iran, Afghanistan, Brésil U.S.A.
Il nous conte des histoires de minéraux illustrées par de nombreuses photographies de terrain et de spécimens de grande qualité.
Un livre à la gloire des minéraux, où l’amateur découvrira des merveilles minéralogiques.
À lire et à relire sans modération…


Laisser un commentaire